Oeuvre - Ville de Volvic

L'œuvre du mois de février 2020

19 Fév

Moïse lisant les tables, Denis Monfleur, 2018, Pierre de Volvic

Continuant sa politique d’acquisition afin de créer un département consacré aux arts de la pierre au sein du musée Sahut, la ville de Volvic a récemment acquis une œuvre en pierre de Volvic du sculpteur Denis Monfleur[1]. Cette sculpture a intégré l’an dernier les collections du musée après un avis favorable de la Commission Scientifique Régionale compétente en matière d’Acquisition[2].   

Né le 14 décembre 1962 à Périgueux, Denis Monfleur est un artiste sculpteur qui réalise ses sculptures majoritairement avec des laves d’Auvergne d’une part et les basaltes et granits de Bretagne d’autre part. Il a fait l’objet de nombreuses expositions, nationales comme internationales. Plusieurs de ses œuvres sont entrées dans les collections publiques ou ont gagné l’espace public.

Dès son enfance, Denis Monfleur souhaite devenir artiste, d’abord en tant que peintre puis il décide finalement de devenir sculpteur en commençant par réaliser des modelages en terre puis progressivement à travailler la pierre.

Travaillant dans sa jeunesse en tant qu’ouvrier il décide rapidement de se consacrer totalement à sa passion et sa première exposition personnelle eut lieu en 1986 à Fontenay-sous-Bois. 

À la fin des années 2010 il explore une nouvelle voie : l’émaillage polychrome des pierres de lave, afin de mettre une peau sur cette pierre brute. La couleur devient aussi inaltérable que la matière qui lui sert de support.

Moïse lisant les tables est modestement émaillée, mais l’émail y joue un rôle essentiel en permettant au livre ouvert (représentation iconographique chrétienne des Tables de la loi) d’être fixé au reste de la sculpture. Une fiche couche d’émail recouvre aussi une petite partie du livre.  

Brute par sa taille directe mais aussi douce avec son livre et son socle poli et gravé ; figurative tout en gardant une part abstraite, avec cette sculpture, Denis Monfleur nous soumet ce qu’il sait faire à la perfection : faire naitre une vie dans le chaos de cette pierre adverse sans aller vers une idéalisation de la représentation humaine, la laissant en partie brute.

Pour aller plus loin :

VASSEUR Bernard, DENIS MONFLEUR, Au Diable Vauvert, 2017

 

[1] Denis Monfleur a exposé au musée Sahut en 2018 avec l’exposition PAR LA PIERRE Ad petras.

[2] L’avis favorable de la commission est obligatoire pour qu’un bien puisse obtenir le protection labellisée « musée de France ».