Hydro

Situation hydrologique du Puy-de-Dôme : restrictions

14 Aoû

Le cumul des précipitations du premier semestre, sur tout le département, ne suffit plus à compenser les faibles précipitations de juillet et août. Les fortes températures associées à l’absence de précipitation, en dehors de quelques orages, ont desséché les sols et accéléré la baisse des débits des cours d’eau.

 

Les débits des cours d’eau, non soutenus par des barrages en amont, deviennent donc déficitaires par rapport à une année normale et atteignent dans certains cas des niveaux d’alerte. C’est le cas des bassins versants de l’Alagnon et du Cher.

 

Aussi, la préfète du Puy-de-Dôme a décidé par arrêté préfectoral du 8 septembre 2016 de restreindre les prélèvements à partir des cours d’eau de ces deux bassins versants, et d’imposer les mesures suivantes :

le remplissage des plans d’eau, d'étangs ou de citernes est interdit ;

la vidange des plans d'eau ou étangs est interdite ;

les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) disposant d'un plan de crise validé par l'administration doivent mettre en oeuvre les dispositions prévues dans ce plan ;

tous les autres prélèvements dans le milieu naturel (cours d'eau, plans d'eau et nappes), sont interdits de 8 h à 20 h, sauf :

les prélèvements d'alimentation en d'eau potable,

les prélèvements, effectués pour du maraîchage ou de l'horticulture, donnant lieu à une irrigation au goutte à goutte ou équivalent,

les prélèvements effectués dans les réserves constituées (avant l'alerte),

ceux indispensables à la salubrité, c'est à dire l'abreuvement du bétail et l'alimentation en eau des bassins des piscicultures,

les prélèvements en cours d'eau donnant lieu à un rejet équivalent dans le même cours d'eau dans le respect des débits réservés

si un tour d'eau a été organisé par bassin-versant ou sous bassin par un groupe d'agriculteurs ou entre Associations Syndicales Autorisées avec des modalités d'organisation connues et validées au préalable par l'administration, conduisant à minima à une réduction de 50 % du débit prélevé.

 

Ces mesures s’appliquent jusqu’au 30 septembre 2016. Elles seront renforcées ou levées en tant que de besoin par nouvel arrêté préfectoral.

 

Parallèlement, il est indispensable que chacun d’entre nous prenne toute disposition pour avoir une gestion économe de l’eau (remplissage des piscines, arrosage, bains, lavages divers...) que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau ou à partir des réseaux de distribution d’eau publics. Chaque citoyen doit d’être vigilant et faire preuve de civisme pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau, bien précieux pour tous les usagers.

 

Les services de l’État assurent, au jour le jour, le suivi de l’évolution de la situation des débits des cours d’eau et du niveau des principales nappes d'eau souterraines.

 

Pour prendre en compte des conditions locales particulières, les maires, dans le cadre de leurs pouvoirs de police fixés par le code général des collectivités territoriales et les établissements publics de coopération intercommunale distributeurs d'eau, peuvent prendre des dispositions réglementaires de limitation de l'usage de l'eau sur leur territoire, en vue de sauvegarder les ressources disponibles.

 

Pour plus d’information sur les situations de sécheresse en France et les restrictions d’usage, vous pouvez consulter le site internet Propluvia : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/. Il permet en temps réel de connaître les mesures de restriction en cours sur le territoire national.

 

Pour plus d’information sur les conditions climatiques et hydrologiques en Auvergne, vous pouvez consulter le site de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne-Rhône-Alpes qui édite un bulletin mensuel : www.auvergne-rhone-alpes.developpementdurable.gouv.fr/bulletin-de-situation-hydrologique-auvergne